Les algues, protéines de demain ?

hydrolyse enzymatique Upcyclink

Les algues seront-elles demain une ressource essentielle de la production alimentaire pour nourrir 10 milliards d’êtres humains ?

Avec les limites de la disponibilité de terres cultivables, l’océan, qui représente 70 % de la surface de notre planète, s’impose comme un environnement clé.

Zoom sur ce « super aliment » appelé à révolutionner nos assiettes.

 

L’algue comme aliment dans le monde

Il y a bien longtemps que les algues sont récoltées par l’Homme. Riches en vitamines et antioxydants, elles sont consommées partout dans le monde : au Japon bien sûr qui cultive et consomme des feuilles de Nori pour les traditionnels makis, en Ecosse et Irlande où le goémon blanc entre dans la composition de desserts et de certaines bières, en Chine et en Corée qui l’apprécient pour sa saveur et ses vertus.

 

Les algues ne sont pas un aliment traditionnel en Europe et sont peu consommées. À ce jour, les espèces d’algues autorisées pour l’alimentation humaine en France et en Europe sont restreintes à une liste de 29 macroalgues et 5 microalgues (règlement européen 2015/2283).

Les algues doivent également respecter des recommandations (réglementations ou avis) en matière de concentrations en métaux lourds et en iode.

 

 

Macroalgues et Microalgues

Les macroalgues sont des organismes pluricellulaires macroscopiques, qui peuvent mesurer jusque plusieurs dizaines de mètres et sont classés en trois groupes principaux : les algues vertes comme la laitue de mer, les algues rouges comme l’algue Nori, algue la plus consommée au monde, les algues brunes comme le wakamé, utilisé en salade qui est parmi les algues les plus commercialisées ou le kombu utilisé en soupe.

 

expertise valorisation algues

 

Les 3 groupes de macroalgues : algues vertes, algues rouges, algues brunes

 

 

Les microalgues, ou algues microscopiques, composent le phytoplancton et sont à la base de la chaîne alimentaire marine. Elles sont toutes abondantes dans la nature, et se trouvent à la fois en eau douce et en eau salée. Leur taille est de l’ordre du micron.

 

 

Un super aliment

 

Chaque espèce d’algue (plus de 72 000) a des caractéristiques nutritionnelles particulières. Certaines algues sont très riches en protéines. Cette richesse en protéines permet potentiellement aussi la disponibilité de peptides bioactifs bénéfiques pour la santé animale et humaine, dû à leur activité antimicrobienne, par exemple. D’autres algues regorgent d’oligo-éléments comme le zinc, le sélénium, ou encore de vitamines essentielles, comme la vitamine B12. Toutes sont particulièrement riches en minéraux et d’autres éléments rares comme l’iode, mais aussi en fibres, les polysaccharides.

Ces molécules sont les gélifiants des macroalgues, et sont à la base de nombreux ingrédients texturants utilisés dans l’industrie agroalimentaire (yaourts, flancs, glaces,…) Ces fibres sont aussi une source intéressante de composés prébiotiques, qui favorisent un bon équilibre du microbiote intestinal.

Peu riches en lipides, les algues sont en général constituées acides gras mono – et polyinsaturés, comme les oméga-3 et -6.

 

Les compléments alimentaires

 

Ces propriétés expliquent que les algues se retrouvent depuis plusieurs dizaines d’années dans nos assiettes sous forme de compléments alimentaires (nutraceutique).

 

Du côté des microalgues, des compléments à base de spiruline réputée pour ses effets antioxydants et ses effets sur la régulation de la glycémie ou de chorelle aux effets purifiants ou tonifiants sont largement utilisés.

Toutefois seules une dizaine de microalgues sont aujourd’hui valorisées du fait des difficultés d’extraction notamment.

 

 

Upcyclink expertise valorisation

 

Spiruline sous différentes formes

 

 

En ce qui concerne les macroalgues, le kombu, le goémon noir sont à la base de compléments alimentaires pour leurs effets antioxydants, purifiants, ou sur la perte de poids.

 

La biotechnologie permet d’avoir accès aux molécules des macroalgues difficiles à extraire ou à produire. Les enzymes, de petits ciseaux moléculaires que l’on peut produire par la biotechnologie permettent de découper spécifiquement certains composants de la paroi des algues.  Par des procédés d’hydrolyse enzymatique, neutres et proches du naturel, et le principe de bioraffinerie on peut cibler et extraire en cascade chaque composé d’intérêt pour une production standardisée.

Upcyclink possède une forte expertise sur ces procédés et contribue régulièrement à des projets de développements.

 

L’algue, la nouvelle tendance food

 

L’essor de nouvelles tendances de consommation (vegan, santé) suscitent un attrait grandissant pour les algues qui se retrouvent de plus en plus dans nos assiettes sous de multiples formes : boissons, sauces, salades, chips, …

 

L’adaptation aux saveurs occidentales a mis sur le marché un certain nombre de présentations parmi lesquelles, le court bouillon aux algues, la moutarde aux algues, la purée d’algue au vinaigre, les salades ou pains à bases d’algues.

 

Récemment, les algues ont fait leur apparition dans l’industrie des boissons, sous forme de thés, de smoothies et même de bières.

 

Sur le marché des substituts de viande, elles apportent les protéines nutritives recherchées et sont sur le point de devenir de devenir un ingrédient banal dans la fabrication du bacon et des hamburgers. Les pigments des algues rouges permettent également de reproduire la couleur du bœuf.

 

Face à ce marché en plein essor, qu’en est-il de la production ?

La production d’algues

Microalgues

Une des caractéristiques des microalgues est leur capacité de développement exponentiel. Une micro algue double sa masse tous les jours : en captant les photons de la lumière et en fixant le CO2, elle grossit la journée pour se diviser en deux cellules la nuit. Mais les difficultés liées à la récolte des microalgues et à l’extraction des lipides freinent considérablement la rentabilité de cette filière. C’est pourquoi, sur des milliers d’espèces existantes, seule une dizaine de microalgues sont aujourd’hui exploitées de façon industrielle dans le monde. La production de microalgues en est encore à ses débuts et fait l’objet de nombreux travaux de recherche.

 

expertise algues upcyclink

 

Culture de microalgues en tubes

 

Macroalgues

La production mondiale de macroalgues s’élevait à plus de 35 millions de tonnes en 2019 ; 96 % provenant de la culture d’algues des pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est, et le reste d’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Europe et d’Océanie. La Chine est le premier d’algues dans le monde. La France est le 10ème pays et le second pays européen après la Norvège. La majorité de sa biomasse algale provient de ressources sauvages.

 

macroalgues upcyclink expertise coproduits

 

Algoculture (source : wwf)

 

L’algoculture (faire pousser des algues sur des supports préalablement ensemencés) s’est fortement développé ces dernières années et représente désormais plus du quart du tonnage produit par l’aquaculture dont la majorité se situe toujours en Asie.

 

Sources :

https://theconversation.com/bioplastiques-alimentaire-cosmetiques-ou-medicaments-les-1001-ressources-des-algues-153262

https://sciences.sorbonne-universite.fr/dossiers/sciences-de-la-mer/les-microalgues-le-nouvel-or-vert

Upcyclink vous accompagne

Voir d’autres projets

Valorisation in situ des coproduits issus de la transformation du saumon

Relocalisation de la valorisation de la matière première

Développement de nouveaux procédés – oeufs de poisson